Ils sont beaux, mes coléos !

Pari réussi pour Vittorio Aliquò, entomologiste passionné, qui invite les visiteurs à une superbe leçon de choses.

 

C’est ce que j’aime avec la Sicile : on se promène gentiment le nez en l’air et voilà que l’on tombe, par hasard, sur une pure merveille, un trait de génie ou une initiative insolite ! Eh bien, c’est exactement ce qui s’est passé cet été à Petralia Soprana, un charmant petit village perché sur les hauteurs du Parc des Madonie, une région montagneuse culminant à 1979 mètres au Pizzo Carbonara et située au sud de Cefalù, à une heure et demie de route de Palerme.

Le Palazzo Pottino, un palais du XVIIe siècle qui donne sur la place principale du village, abrite une exposition unique en son genre, qui changera à jamais votre regard sur les insectes. Insecta, exposition entomologique sous la direction de Vittorio Aliquò, rassemble, en effet, une superbe collection de coléoptères, d’une richesse impressionnante et d’une rare qualité didactique : des centaines de coléoptères et scarabées, de toutes les tailles (le plus gros mesure 13 cm !) et de toutes les couleurs (voir diaporama ci-dessous). Il y en a même un complètement doré, et un autre argenté, si étincelants qu’on dirait des bijoux. On aurait presque envie de les monter sur bagues !

Outre l’incontestable plaisir de découvrir ces minuscules merveilles de la nature, le visiteur pourra également satisfaire sa curiosité grâce aux explications claires et détaillées accompagnant les différentes vitrines. Je recommande aux italianophones de se procurer le petit catalogue de l’exposition : on y apprend notamment que « selon le dernier rapport sur la biodiversité, les naturalistes ont recensé environ 1 750 000 espèces d’animaux pluricellulaires, dont au moins 1 000 000 sont des insectes, et de ceux-ci plus de 450 000 appartiennent à l’ordre des coléoptères… Cela signifie que le monde des insectes, et plus particulièrement celui des coléoptères, domine de loin tous les êtres vivants. En comparaison, l’ordre des mammifères, à laquelle l’homme appartient, semble insignifiant, avec moins de 4000 espèces ».

Avec quelques très belles églises, Petralia Soprana mérite certainement qu’on s’y attarde, d’autant plus qu’un parcours acrobatique dans les arbres, le Parco Avventura, vient de s’installer dans la forêt en contrebas, à la sortie de Petralia Sottana. Pour ceux qui souhaiteraient passer la nuit, une seule adresse : Al Casale, un bed & breakfast situé au cœur du quartier médiéval.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *