Le seigneur des cavernes à Sciacca

« C’est ainsi que Filippo Bentivegna, dit aussi Filippo delle teste (« Philippe des têtes »), se faisait appeler. Un original selon certains, un fou pour d’autres, un artiste assurément. De son retour des États-Unis en 1919, où il avait cherché à émigrer, jusqu’à sa mort en 1967, ce sculpteur autodidacte, né à Sciacca en 1888 et issu d’un milieu très modeste, a réalisé plus de 3000 têtes en pierre. Elles se trouvent toutes sur le terrain qu’il avait acheté et où il vivait reclus, parmi les oliviers et les amandiers, avec la mer en toile de fond.

Situé sur une colline à l’est de Sciacca, le « Castello incantato » (le Château enchanté) comme il l’a lui-même baptisé, est aujourd’hui un lieu pour le moins insolite, une sorte de musée à ciel ouvert, avec sa profusion de têtes de toutes tailles, tantôt isolées, tantôt formant des masses pyramidales ou encastrées dans des murs. Certaines portent un nom : Mussolini, Garibaldi, Napoléon, Dante, Léonard de Vinci… L’artiste a toujours refusé de vendre ses œuvres. Quelques-unes, cependant, ont réussi à se frayer un chemin jusqu’à la Collection de l’Art brut à Lausanne, initiée par Jean Dubuffet.

Mais pourquoi cette obsession à ne sculpter que des têtes ? L’explication relève presque du cas médical. Lors de son séjour aux États-Unis, il subit un grave traumatisme crânien, au cours d’une bagarre déclenchée, dit-on, par un rival en amour. Le coup fut si violent qu’il resta sans connaissance plusieurs jours et souffrit par la suite de pertes de mémoire. »

Lire aussi l’article « Art brut à Sciacca » sur ce blog

 

Dictionnaire insolite de la Sicile

Retour