Les sandales d’Empédocle sur l’Etna

 

Etna

« Depuis tout temps, l’Etna, aussi appelé Mongibello ou plus simplement A’ Muntagna en dialecte, a enflammé les imaginations. Innombrables sont les mythes et légendes ayant pour décor le volcan sicilien chez les auteurs de l’Antiquité, de Sénèque à Pindare en passant par Eschyle ou Ovide. C’est dans ses entrailles, par exemple, que Zeus aurait enseveli le monstre Typhon, fils de Tartare et de Gaïa, qui avait eu l’audace de s’opposer au maître de l’Olympe. Prisonnier de l’Etna pour l’éternité, ce géant furieux et insoumis tente parfois de se libérer, provoquant au passage les terribles éruptions et tremblements de terre que l’on connaît. Lorsqu’il se met à gronder du haut de 3340 mètres, le plus grand volcan en activité d’Europe, inscrit récemment au Patrimoine mondial de l’Unesco, semble, il est vrai, une créature bien vivante. Ce serait aussi l’ultime demeure du philosophe Empédocle, mort en se jetant dans sa gueule et dont on aurait retrouvé les sandales au bord du cratère. »

Sandales d’Empédocle

« Mythe ou réalité, le mystère autour de la mort d’Empédocle a fait couler beaucoup d’encre. Né à Agrigente au ve siècle av. J.-C., le philosophe, théoricien des quatre éléments, poète mais aussi ingénieur, médecin et thaumaturge, finit par tomber en disgrâce et dut s’exiler dans le Péloponnèse où il finira ses jours. Mais la légende dit qu’il se serait suicidé en se jetant dans les flammes de l’Etna. Le volcan l’aurait englouti mais aurait recraché les sandales de bronze que ce personnage haut en couleurs, réputé excentrique, avait pour habitude de chausser. Leconte de Lisle a même dédié un poème à l’épisode, intitulé précisément « Les sandales d’Empédocle » :

…Et toi, puissant Etna, tombeau de ma mémoire,
Aux cendres d’Empédocle ouvre ton urne en feu,
Donne une paix sublime au sage. — Fais-en un Dieu !… »

 
 

Dictionnaire insolite de la Sicile
Retour