Profession : âne éboueur à Castelbuono

Une petite ville, dans la chaîne montagneuse des Madonie, fait appel à des ânes pour ramasser ses ordures.

Lorsque Mario Cicero (à gauche de l’âne sur la photo), le maire de Castelbuono, une petite ville de moins de 10 000 habitants située dans la province de Palerme, a lancé son opération des ânes pour sauver le monde au début de l’année 2007, l’initiative n’a pas manqué de faire sourire. Mais l’édile a tenu bon et rassuré, au passage, les défenseurs des animaux qui avaient aussitôt protesté contre l’exploitation et les mauvais traitements éventuels de ces employés municipaux d’un nouveau genre. Aujourd’hui, on ne compte plus les articles, les reportages TV et autres récompenses pour faire l’éloge des ânes écologiques.

Pour voir le reportage d’une télévision italienne, cliquez ici

La municipalité n’en est pourtant pas à son premier ballon d’essai. Elle a même une longue tradition de bonnes pratiques fondées sur le respect et la protection de l’environnement. En 1994 déjà, elle dotait la ville d’une station d’épuration d’eau, faisant de Castelbuono l’une des rares villes siciliennes à rejeter de l’eau propre dans la mer. Puis des panneaux solaires ont été installés sur le toit de plusieurs écoles. On prévoit également la construction d’une station de compost pour produire de l’engrais à partir des déchets humides et réduire ainsi l’utilisation d’engrais chimiques. Sans oublier l’énorme succès remporté par le tri sélectif au sein de la population.

C’est donc en toute logique que le maire a décidé d’aller plus loin en remplaçant une partie des camions-bennes à ordures par des ânes. L’idée est simple. Non seulement on retire de la circulation des véhicules polluants et bruyants, mais on réalise aussi des économies substantielles: à l’achat, un camion vaut 30 000 euros, tandis qu’un âne, de race ragusaine, coûte entre 700 et 1500 euros. De plus, entre l’assurance, la vignette, les frais de carburant et d’entretien, le coût annuel d’un camion s’élève jusqu’à 8000 euros, alors que celui d’un âne ne dépasse pas 2000 euros. On estime que trois bêtes suffisent à remplacer deux camions et qu’elles ne mobilisent que trois employés contre quatre pour les bennes.

Pour voir les ânes en action, cliquez ici

Les animaux sont équipés de deux caisses de bois, flanquées de chaque côté, pour y stocker les ordures et ne transportent pas plus de 100 kilos par voyage. Ils travaillent cinq heures par jour (moins qu’un employé, précise la municipalité) et sont soumis à des visites vétérinaires régulières. Ils sont guidés par des éboueurs rebaptisés « opérateurs écologiques » et permettent d’accéder, dans cette petite ville de montagne aux ruelles étroites, à des endroits d’ordinaire inaccessibles aux camions. Depuis leur entrée en fonction, les baudets de Castelbuono ont déjà collecté plus de 140 tonnes de déchets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *